VIGINUM : un guide pour accompagner les entreprises face aux menaces informationnelles durant les Jeux Olympiques

2 juillet 2024 | JO 2024, Prévention

Temps de lecture : 2 minutes

Photo : Viginum

VIGINUM : un guide pour accompagner les entreprises face aux menaces informationnelles durant les Jeux Olympiques

par | JO 2024, Prévention

A quelques semaines des Jeux olympiques, le Service de vigilance et de protection contre les ingérences numériques étrangères, VICINUM, publie un guide des bonnes pratiques dans le but de sensibiliser les acteurs économiques à la menace informationnelle.

Régulièrement utilisées comme des outils de pression géopolitique, les campagnes numériques de manipulation de l’information ont pour objectif de porter atteinte aux intérêts des entités ciblées ou de promouvoir les revendications d’acteurs étrangers. Aujourd’hui, à l’approche des JO qui attireront près de 4 milliards de téléspectateurs, les risques de telles ingérences sont nombreux. Pour les acteurs malveillants, la couverture médiatique mondiale des Jeux leur offre une opportunité sans précédent de cibler les intérêts économiques autour de l’événement.

Lire aussi Paris 2024, les agents de sécurité privée réclament aussi une prime

Créé en 2021, VIGINUM est rattaché au Secrétariat général de la défense et de la sécurité nationale. Sa mission est de détecter et caractériser les campagnes de manipulation de l’information sur les plateformes numériques qui impliquent des acteurs étrangers.

Comment ça se passe ?

Comme l’explique le site dédié au Secrétariat général de la défense et de la sécurité nationale, VIGINUM a identifié plusieurs modes opératoires que les acteurs malveillants utilisent. Il y a tout d’abord le raid numérique qui consiste à créer ou amplifier un bad-buzz grâce à des mots-clés ou hashtags. Ils utilisent souvent des images détournées afin de diffuser des narratifs hostiles. Puis, il y a l’incitation à des actions physiques. Ce sont des appels en ligne à manifester ou à dégrader des locaux d’entreprises, afin de les instrumentaliser à des fins de propagandes. Cela peut aussi être des appels au boycott pour nuire à des produits de marques ciblées. Enfin, il y a l’usurpation d’identité d’une entreprise ou de ses dirigeants afin de véhiculer de fausses informations qui nuisent à leur réputation auprès des relais d’opinion influents.

Pour les entreprises ciblées, les risques sont nombreux. Il y a le risque réputationnel, car les actions, produits ou déclarations publiques peuvent être décrédibilisés. Puis, cela présente un risque économique avec notamment les appels au boycott ou la chute de l’action en bourse. Enfin, il y a le risque sécuritaire avec l’amplification de troubles à l’ordre public en lien avec l’entreprise.

Comment prévenir ?

Dans son guide, VIGINUM reprend les bonnes pratiques à adopter pour éviter d’être touché, notamment durant les Jeux olympiques, mais aussi après l’événement. Il faut impérativement informer et faire prendre conscience de la menace à tous les niveaux. Puis, il est important d’identifier les communautés et sujets qui pourraient être manipulés. Enfin, en interne, il faut mettre en place un dispositif de prévention, organiser des exercices de gestion de crise et définir une stratégie de communication de crise.

Auteur / autrice

La Lettre Conflits

La newsletter de l’Essor de la Sécurité

Voir aussi